DOSSIER : Trouver un emploi

CV & Lettre de motivation

Imprimer cette page

Votre carrière est maintenant bien lancée et vous souhaitez la continuer au pays des kangourous ! Le problème : vous ne savez pas comment vous y prendre... à commencer par votre CV et votre lettre de motivation.
Que faut-il faire pour adapter ces éléments clés d'une candidature à la culture australienne ?

Nous vous donnons une vision d'ensemble et quelques conseils pour optimiser votre recherche d'emploi aux antipodes.

 

Le CV à l'australienne Le CV à l'australienne

Globalement, l'idéal est de consulter plusieurs sites d'emploi australiens et de trouver un modèle en rapport avec votre métier/secteur. Cette démarche vous évitera peut-être de traduire mot à mot votre CV français !

Voici quelques éléments que l'on retrouve dans un « resume » à l'australienne.

 

A noter : en Australie, on utilise le terme "resume" pour parler de "CV". 

 

1- L'en-tête de votre CV

 

Les « contacts details »

Ici, il suffit d'indiquer en tête de votre CV, vos coordonnées – nom, adresse, téléphone, e-mail – mais vous n'êtes en aucun cas obligé d'inclure votre date de naissance ou votre situation familiale, ceci est même plutôt déconseillé en Australie.

 

Un projet, une description de votre carrière

Un CV australien peut débuter par un « key strengths », soit une liste de vos compétences les plus importantes, un « career objective », un petit descriptif de vos objectifs de carrière et de ce que vous espérez du poste en question (plutôt conseillé pour les jeunes diplômés), ou bien un « career profile/overview », quelques phrases qui résument votre parcours. Vous pouvez aussi combiner ces deux derniers éléments.

 

2- Vos expériences : le cœur essentiel de votre CV

Dans cette catégorie, que doit-on absolument mentionner ?

  • Le nom de l'entreprise suivi d'un court résumé de celle-ci. Ces informations sont d'autant plus importantes puisque vous venez d'un pays étranger : le recruteur n'est pas censé connaître toutes les entreprises françaises !
  • Votre titre, vos missions, vos responsabilités et vos réussites professionnelles que vous pouvez (et devez) développer. N'hésitez pas à entrer dans le détail et à être précis grâce à des chiffres, des actions concrètes, etc.

A noter que utiliser le « I », la première personne, est fréquent en Australie pour parler de vos expériences.

 

3- Les éléments qui vont donner du relief à votre CV

Les formations (education)

Comme dans un CV français, évoquez vos réussites scolaires et vos mentions. Mais pour aller plus loin, pourquoi ne pas faire part à un employeur des matières ou des spécialisations qui vous aideraient dans ce job ?

Les langues (languages)

Si vous cherchez à mesurer votre niveau d'anglais, sachez que le IELTS est l'examen le plus fréquent en Australie.

Les compétences (skills)

En rapport direct avec le poste auquel vous postulez, n'hésitez pas à approfondir chacune de vos aptitudes plutôt que de les mentionner à la « va-vite ».

Les distinctions (awards)

Ce sont des « prix » que vous auriez pu obtenir en participant à des concours ou lors de votre carrière...

Les centres d'intérêts (interests)

Comme un reflet de votre personnalité, vos passions et vos activités extra-professionnelles peuvent être déterminantes aux yeux d'un employeur australien !
Si vous possédez une expérience bénévole, au sein d'une association par exemple, ne manquez pas de l'intégrer à cette partie. C'est chose courante down under, à l'image de nombreux pays anglo-saxons, et cela fera plus de vous un "aussie" qu'un "outsider" !

 

 

4- Et pour finir : les références

De la simple mention « references available upon request » à la catégorie « referees », c'est un peu la mode anglo-saxonne et l'Australie n'y échappe pas.

Il est donc impératif d'intégrer à la fin de votre CV les noms et les coordonnées de 2 ou 3 personnes qui sauront vous valoriser auprès d'un recruteur.

Conseil
:: Combien de pages ?
Alors qu'en France cela pourrait être plus ou moins sanctionné, il est assez courant en Australie de rédiger son CV sur deux pages, pour des jeunes diplômés, et jusqu'à trois ou quatre pages, pour des professionnels aux carrières bien avancées.

 

La lettre de motivation

Que doit inclure la lettre ?

Une cover letter australienne reprend un peu les mêmes idées qu'une lettre de motivation française. Elle doit être propre à chaque entreprise, s'adresser à la bonne personne, reprendre les points clés d'une offre d'emploi, mais en aucun cas résumer votre CV... c'est plutôt une bande-annonce qui donne envie de le regarder de plus près.

 

En voici les grandes lignes...

On commence par indiquer que l'on souhaite postuler à tel poste.

Puis vient le noyau de la lettre, 3-4 paragraphes tout au plus, à propos de vous mais aussi de l'entreprise. Quelques idées :

  • Dites ce qui vous plaît dans cette société, pourquoi vous postulez à ce poste et en quoi vous excelleriez dans vos responsabilités.
  • Approfondissez vos compétences et vos réussites professionnelles, mais toujours en les rapprochant des missions du poste. Posez-vous la question, qu'est-ce que je peux apporter de différent à cette entreprise ?

Pour conclure, faites savoir que vous êtes intéressé par un rendez-vous, et précisez vos disponibilités ou la date à laquelle vous comptez les relancer. Et bien sûr, n'oubliez pas de remercier votre lecteur !

 

Sortir du lot

En rédigeant une lettre de motivation, vous avez plus de marge pour être original et donc plus de chance de vous démarquer ! C'est l'occasion d'expliquer les raisons pour lesquelles vous désirez travailler en Australie, mais aussi ce que vous attendez d'un tel voyage.

Si vous êtes un globe-trotteur ou si ceci est loin d'être votre première expatriation, vos nombreuses qualités ne passeront pas inaperçues – ouverture d'esprit, facilités d'adaptation, maîtrise de plusieurs langues, entre autres !

 

Une écriture irréprochable

Votre cover letter doit tenir sur une page. Ses maîtres mots sont : orthographe et grammaire parfaites, phrases courtes et structure claire (une idée par paragraphe). Attention aussi à ce que les noms soient épelés correctement.

Si vous le pouvez, faites relire votre prose par une personne anglophone... idéalement aussie !